Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Presque Moi

Presque Moi

Gourmandises et billets d'humeur, à Londres ou ailleurs

Hello Bobo!

J'aurais pu quitter les Batignolles pour m'installer à Hong Kong, Stockholm ou Buenos Aires. J'ai choisi (enfin, euh, comment dire? J'avais une très bonne raison de) plus exotique: le 7ème arrondissement de Paris. La Rive Gauche. Celle qui pense pendant que la Rive Droite dépense (mouais mouais).

Rien à voir avec mon quartier métissé, un brin populaire, gentiment canaille. J'ai troqué les kebabs pour les magasins d'antiquités, Augustine pour Kayser, le Pathé Wepler pour le Musée d'Orsay, le jardin des Batignolles pour les Tuileries. Bon, y'a pire, non?

Vu mon environnement immédiat - les magasins de vieilleries du monde entier et des voisins pas jeunes jeunes - j'ai redouté un moment la compagnie des fantômes. Or il se trouve que, professionnellement, le paranormal est devenu mon quotidien ces derniers temps, alors les fantômes et moi vivrons en totale harmonie. Et pourquoi pas en une parfaite complicité: "Non, non, c'est pas moi qui ai fini le lait, c'est Lord Mountbatten". Humm hum.

Seule constante, et pas des moindres, le marché bio. Le dimanche matin je retrouve boulevard Raspail les commerçants qui, la veille, interpellaient discrètement le chaland boulevard des Batignolles (et au même prix d'ailleurs).
Les Batignolles c'était bobo, le septième, surtout là où je vis désormais, est plus bourgeois que bohème. C'est sûr, calme, constellé ça et là de déjections canines (ne rigolez pas, c'est une vraie caractéristique des quartiers aisés où l'on peut se permettre d'avoir un chien car on a la place et les moyens, voire même où le chien fait office de signe extérieur de richesse). Dans mon nouveau quartier on croise des stars que je ne reconnais jamais, par exemple dimanche dernier j'ai failli filer 1€ à Julien Clerc. En se promenant dans les rues la nuit on distingue des intérieurs cossus, et à toute heure on rencontre des gens bien habillés, des chalalas à la mèche ravageuse, des touristes haut de gamme.

Ce qui va me manquer ce sont les commerces de quartier. A 5 minutes à pied, j'aurai à portée de main le Potager de Mireille (rien à moins de 5€ le kilo), un épicier-traiteur italien (pas encore testé), Androuet (des fromages excellents). Ah oui, il y a un Proxi, mais là, vu les prix on va dire que c'est pour les urgences.

Quoi qu'il en soit me voilà plus que jamais au centre du "centre du monde civilisé". Ce qui ne devrait pas changer ma vie outre mesure, finalement.
     

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Pap' 29/10/2008 10:37

Ma recommandation, aller qqs jours à Charvieu ou à Sarcelles pour voir la misère de près. Et cette misère est justement le résultat de l'incompétence de nos politiques et hauts fonctionnaires, dont le 7è est le centre de leur monde.

Moi 29/10/2008 10:51


Centre aussi de la collusion de nos grands patrons avec ces mêmes politiques et hauts fonctionnaires....


TiTi 29/10/2008 10:37

et ben moi je vais bientôt le quitter ce quartier et il va me manquer surtout que je ne sais pas où je vais atterrir en avril ...

Moi 29/10/2008 10:49


Mouais enfin bon, toi t'étais du côté XVème, ne mélangeons pas tout! ;)


Kaplan 29/10/2008 10:19

"J'ai failli filer un euro à Julien Clerc"... :)J'ai éclaté de rire devant mon écran.

MyAmor 28/10/2008 21:30

en lieu de secours, y a tjs Bo ?

Moi 29/10/2008 08:53


Oui!!!!! J'adore, très bonne celle là! ;)))


Anne-Sabine 28/10/2008 18:41

C’est amusant comme ce que tu écris fait écho à mes récentes pensées, tard au-dessus d’un pont traversant la Seine, dans la nuit noire et obscure, suite à mon changement de lieu de vie.
Comme toi, j’aurais pu m’installer ailleurs en France ou à l’Etranger, partir à la découverte, et me revoilà à Paris. J’ai troqué la nature et le bord de mer, par hasard contre le huppé bord de Seine. A part la constante Eau, rien à voir. Et encore, je parle de l’Eau en tant qu’élément intrinsèque. Je ne parle pas de sa couleur, de son mouvement, de ses appels…
Je ne reconnais pas non plus les stars, sauf Jean Reno, détecté in extremis au son de sa voix, que j’aime beaucoup, quand il s’est tourné vers la Belle qui l’accompagnait pour lui demander quelque chose comme « Tu sais où sont les clés ? » (adressée par JR, ce genre de question triviale devient d’un coup nettement plus subtile).
Même topo sur l’univers canin : une densité impressionnante au mètre carré des soi-disant meilleurs amis de l’homme, inversement proportionnelle à celles des petits commerçants qui, eux, mériteraient à juste titre le titre de meilleurs amis de l’homme. Si bien que ce quartier dit sécurisé (un argument de choc brandi par les agences immo, à croire qu’on vit toujours dans la terreur) ne l’est certainement pas pour nos pauvres semelles, victimes des porte-bonheurs (ce mot n’est qu’un cache-misère !) généreusement semés en route par les chiens-chiens à leur mémères…dangereux, surtout par nuit noire et obscure et sombre.
Même topo sur les joies du monde civilisé auquel tu fais référence.
Mais il n’en reste pas moins que le musée d’Orsay est une merveille, un de mes endroits préférés à Paris. Que la Tour Eiffel bleue est magique...surtout la nuit J. Que faire le marché non loin de chez soi, c’est un régal. Que j’aimerais bien tester une bonne adresse dans le …aïe aïe…6e…allez bon, entre 6 et 7, il n’y a qu’1 pas (à ne jamais dire à un autochtone)…!
Et ensuite, une certitude absolue : cela ne change pas la vie outre mesure. En revanche, la fameuse vraie bonne raison de ton déménagement, elle, peut fort bien s’en charger. Et c’est tout le bonheur que je te souhaite.
 

Moi 29/10/2008 08:53


J'en déduis donc que nous sommes voisines. Tu écris très bien, merci pour ce commentaire.