Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Presque Moi

Presque Moi

Gourmandises et billets d'humeur, à Londres ou ailleurs

Dîner en terrasse au Restaurant de l'Hôtel

La belle bâtisse qui a vu mourir Oscar Wilde et Jim Morrison accumule les étoiles: 4 pour l'Hôtel, 1 pour le Restaurant. Un pèlerinage s'imposait donc, d'autant plus qu'une table en terrasse était encore disponible vendredi soir. A 21h pile nous nous sommes donc retrouvés, Chrisos, Boccapequena et moi, devant le Restaurant.

La déco du bar et de la salle intérieure que nous traversons est dans le style Garcia: couleurs sombres, velours et fourrure, lumières tamisées. La minuscule terrasse est située derrière l'hôtel, il y a de la place pour une dizaine de couverts. C'est petit mais joli et calme.
  
      
Nous choisissons le menu découverte à 75€ et une bouteille de Saint Nicolas de Bourgueil (33€). Le repas commence par un amuse-bouche au concombre puis nous attaquons l'entrée, un gaspacho servi avec des minis pains chauds aux olives.
  
  
Par cette chaude et lourde soirée d'été, c'est parfait. Nous continuons avec un œuf de poule fermier, émulsion aux cèpes et baguette toastée aux truffes. Plus consistant mais qu'est-ce que j'aime ces saveurs! Ça me rappelle
Senderens
   
      
Le plat non plus n'est pas sans réveiller des souvenirs de la place de la Madeleine, et je constate avec plaisir que la viande est à la hauteur (l'agneau est souvent trop ou mal cuit), ainsi que son accompagnement aux petits pois. Agneau, ris et rognon servis avec une écrasée de petits pois.
  
  
Avant de passer au sucré un pré-dessert citronné nous est offert et rafraîchit les papilles. Deuxième surprise, une coupe de Lambrusco pour accompagner le dessert, une délicieuse déclinaison autour de la fraise.
  
  
Café, infusion et mignardises (guimauves à la pêche, madeleines au citron, excellents mini-cannelés) pour finir. Dans le match salé vs sucré pas de vainqueur, les deux sont aussi bons!
    
  
Nous avons été surpris des attentions (le pré-dessert, le Lambrusco): sont-elles la conséquence du name-dropping gastronomique que nous avions fait au début du repas et qui n'avait pas échappé au serveur? Il avait plaisanté: "il va falloir être à la hauteur!".
A la fin du repas le chef est même venu nous saluer: "on m'a dit que vous travailliez en cuisine? Ça vous a plu?" à quoi nous répondons que non, nous sommes justes des gourmands et oui, ça nous a plu! Un quiproquo qui nous a peut être valu un surcroît d'attention…

Ceci mis à part, tout était très bien exécuté et servi. Rien de délirant dans l'assiette, mais de bons produits justement mis en valeur. (Pour la 2ème étoile il faudra prendre plus de risques à mon avis).


L'Hôtel, le Restaurant
13 rue des Beaux Arts
75006 Paris
Tel: 01 44 41 99 00
      

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Laurent Jouanne 12/08/2008 11:09

Lors d'un récent déjeuner à l'Hôtel, mêmes attentions, verres offerts, pré-dessert, amitiés du chef et même un petit sachet de mini cannelés... Et tout ça sans name-dropping...L'équipe sait recevoir, le lieu est charmant, la cuisine à la hauteur de l'étoile et la carte des vins réfléchie.

Moi 12/08/2008 11:13


Super! :)
Bon, je suis un peu jalouse pour le sachet de mini cannelés. hi hi hi


fpacc 09/08/2008 13:41

Gaspacho parce que le GaZpacho c'est un Gaspacho de Séville :)

Moi 09/08/2008 14:09


Ah, ok...


lili 29/07/2008 14:32

A la lueur des bougies...très sympa !