Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Presque Moi

Presque Moi

Gourmandises et billets d'humeur, à Londres ou ailleurs

Le steakhouse du Drugstore Publicis, Paris 8

Et un nouveau steakhouse, un! Surfant sur la mode du burger et la starification des bouchers, le Drugstore Publicis vient d'ouvrir son propre restaurant de viandes.

 

La réussite est au rendez-vous.
L'endroit attire la clientèle drainée par le magasin et la brasserie, à la différence près que les viandes semblent avoir un effet filtre sur les touristes (personnellement ça ne me déplaît pas). Au déjeuner du 12 juillet, nous étions donc entourés d'une majorité de cols blancs du quartier. Bien que nous n'ayons pas réservé, nous avons tout de suite été placés à un endroit confortable pour y loger le landau d'Hector.

 

Le menu typique de ce genre d'endroit veut mettre en valeur les "meilleurs artisans bouchers": carré d'agneau de chez Cyrille Journiac, tartare de chez Marie-Claire Poirier et burger de chez Olivier Metzger. Nous débutons par un carpaccio de langoustines (16€), frais et parfumé. Les fameuses viandes arrivent ensuite: coeur d'entrecôte (37€) pour C. avec onion rings, burger (24€) et pommes paille pour moi.


Si l'assiette d'onion rings paraît un peu chiche à côté de la taille de la pièce de viande, ma portion de pomme paille semble au contraire exagérée. Comme elles sont très bonnes nous en viendront facilement à bout.

Et ces viandes alors? Très très bonnes! Une entrecôte persillée généreuse, tendre et juteuse. Un burger fondant, avec juste ce qu'il faut de gras. Sa garniture est classique, ce qui n'est pas le cas du pain, coloré à l'encre de seiche. Une pure coquetterie.

Nous faisons l'impasse sur les desserts (13€), pour ceux-ci chacun choisira son camp: Pierre Hermé ou Philippe Conticini.

 

Le service s'est montré à la hauteur de l'assiette, sympathique et efficace.

 

Steakhouse du Drugstore Publicis
133 avenue des Champs Elysées
75008 Paris
Pour réserver cliquer ici.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article